HENRIOD Edouard

Né à Bienne en 1898, Edouard Henriod est initié aux arts dès sa plus tendre enfance. Alors âgé de cinq ans, il présente déjà ses créations au coeur d’une petite librairie de Neuilly-sur-Seine, non loin de chez lui. A quinze ans, il obtient à de multiples reprises des prix pour ses dessins et fréquente également l’Association philotechnique de Paris afin de parfaire son art. De retour en Suisse en 1914, il est enjoint par son père à poursuivre une formation à l’École mécanique de Neuchâtel, puis au Technicum de Bienne. Il apparaît effectivement difficile pour Charles-Edouard Henriod, un mécanicien-concepteur, que son fils Edouard puisse vivre de sa peinture. Ainsi ce dernier entreprend une carrière d’ingénieur-dessinateur, sans pour autant oublier sa passion première. Dès 1944, il expose d’ailleurs ses oeuvres tant en Suisse qu’en France et se fait un régulier de l’Oeuvre, une association romande favorisant les arts. Puis il participe activement à la réouverture de l’Atelier-École Georges Aubert à Lausanne en 1949, dont il deviendra directeur. Peu de temps après, il occupe la fonction de professeur d’arts appliqués à l’Atelier-École, puis à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en 1951, où il réalise à la même période un décor mural. Il partage également son amour des arts picturaux avec son épouse Gilberte, née Reymond

Réalise des paysages en Suisse romande, en France et en Italie dans une figuration très soignée dans la mouvance des peintres de la « Réalité poétique ». Nombreuses natures mortes, notamment semi-abstraites.

Dès 1950 directeur de l’Ecole Aubert à Lausanne.

Trente-six portraits croqués sur le vif par le peintre suisse Edouard Henriod. Préface de Georges Haldas. Edition Congrès des peuples pour la paix, Vienne 1952.

FAA: Ensemble d’oeuvres d’Edouard Henriod et de son épouse Gilberte Henriod donné par leur fils Claude Henriod en 2015.